Lio Pop Model

ALBUM ZE.LP20

Digipack CD
Digital MP3
Digital FLAC

18 Tracks

Share on
  • DIGIPACK CD + MP3
    • - 18 Tracks
    • - MP3 320 Kbps
    • - BooKklet
    € 13.99
    Shipping
    Add To Cart
  • DIGITAL / MP3 320 kbps
    • - 18 Tracks
    • - Digital Booklet
    € 8.99
    Download
    Add To Cart
  • DIGITAL / FLAC
    • - 18 Tracks
    • - Digital Booklet
    € 9.99
    Download
    Add To Cart
Media

LIO_ POP MODEL_ ORIGINALY RELEASED 1986

Les années 83 et 84 sont pour Lio une première remise en question, après l’ouragan du premier album et ses millions de disques vendus. Amours toujours le suivant n’a pas eu le même succès. Dur de toutes les façons de rééditer pareil sans-faute. En 1983 Lio s’éloigne un peu de la chanson et fait ses débuts au cinéma avec la réalisatrice Chantal Akerman dans une comédie musicale Pop et kitsch : « GOLDEN EIGHTIES » suivie du premier film de Didier Haudepin : « ELSA, ELSA ». Côté musique, Alain Chamfort qui avait produit Amours toujours fait une dernière tentative en 1984 avec le single Tétéou sur des paroles de Boris Bergman, alors parolier attitré d’Alain Bashung. Mais Lio semble un peu dans une impasse !

Je revenais d’Afrique du Sud ou j’avais produit l’album de Lizzy Mercier Descloux et contre toute attente le single Mais où sont passées les Gazelles, commençait à faire un joli petit tube en France. C’est durant la promotion de ce single avec Lizzy que je rencontre Lio pour la première fois, (je ne suis pas encore au courant de l'anecdote Duvall / Banana Split - ZE records - voir Liner Notes Premier Album) sur un plateau télé où elle fait la promo de Tétéou.

Puis par l'intermédiaire de CBS, pour qui j’avais produit l’album de Lizzy, je rencontre Alain Chamfort qui cherche un manager. Chamfort et Lio, qui n’a que 22 ans, vivent ensemble depuis cinq ans. Un jour elle me joue une démo qu’elle traîne depuis des mois avec un titre génial : Les Brunes Comptent Pas Pour Des Prunes, écrit par l’incontournable Jacques Duvall et composé par Marc Moulin. Musicalement les arrangements datent, c’est un peu synthétique, mais le titre est un standard. Etant à fond dans Prince période Purple rain/Around a world in  a day. Je propose immédiatement à Lio d’enregistrer ce titre « façon » Rasbery beret, rock, mais avec des arrangements de cordes. Elle est emballée. Chamfort fait les arrangements.

Début 1986, départ pour Bruxelles. Au Studio de Dan Lacksman où a été enregistré le premier album, je convie Vincent Palmer, grand guitariste devant l’éternel et ex du groupe Bijou; à la batterie le batteur de Bashung  Philippe Draïe. Steve Nieve (le pianiste d’ Elvis Costello) ne fait pas l’affaire, et est remplacé par Chamfort et Moulin aux claviers. Une mention spéciale à la regrettée Sylvaine Bordy pour les chœurs. Premier mixage à Londres dont nous ne sommes pas satisfaits, deuxième à Paris avec le magicien Dominique Blanc Francard qui « as usual » fait un sans-faute.  En quelques semaines, le tour est joué et à partir de ce moment là,  tout va aller très vite, trop vite peu être ?!

Lio prend cinquante pour cent de la société de production et d’édition que je viens de monter. On signe avec Luigi Calabrese un deal de licence avec Polydor contre l’avis des gros pontes qui pensent que Lio est finie parce qu’elle vient juste de traverser un petit bout de désert. Une has been à 23 ans ! Alors que c’est un pétard dont on a juste éteint la mèche... On va leur prouver ce que l’on sait faire !  Il faut rendre ici hommage à Luigi Calabrese car il signe ce deal sans avoir rien entendu, pas une maquette, juste une belle histoire. Il fallait avoir confiance ! Et la confiance va payer.

Début mai on tourne un vidéo clip clin d’œil Pop aux comédies musicales hollywoodienes, qui fonctionne à merveille. Les chaînes télés adorent. Départ pour le festival de Cannes où Lio promotionne le film de Chantal Akerman en compétition dans la quinzaine des réalisateurs. Au retour de Cannes, Lio et moi sommes un peu plus que fifty/fifty... Les Brunes commence à vraiment démarrer très fort, Lio fait le plein de promo télés. Parallèlement, on prépare des titres pour un futur album. Duvall le fidèle complice écrit des perles comme d’habitude. Jay Alansky pas en reste compose des titres magnifiques, Barbie, Dallas, et challenge pas évident à relever après un single aussi fort que les Brunes, des hits potentiels comme, Fallait pas commencer, Je casse tout ce que je touche, ou Chauffeur. Reste à monter un gang de malfaiteurs, trouver un bon studio et un bon ingénieur.

Yann Leker était guitariste d’un groupe parisien défunt Modern Guy dont j’aimais bien l’album et surtout sa façon de jouer de la guitare. Dans les Guy, il y avait aussi mon ami Guillaume Israel au chant, et Jean François Cohen à la basse. Yann, quand le groupe a splitté est parti faire Berkeley school of music à Los Angeles et il connaissait quelques musiciens sur place qui pouvaient faire l’affaire. Il sera chargé du casting. Une nouvelle fois j’applique une de mes théories qui est d’enregistrer dans une ville ou l’artiste n’a pas d’attache, afin d’être totalement immergé dans le travail de l’album, coupé des contingences quotidiennes, et des « amis » qui passent à l’improviste...

Juillet 86 départ pour Los Angeles, on s’installe au mythique Tropicana Motel, sur Santa Monica Boulevard (west Hollywood) encore hanté des ombres de quelques géants aux pieds d’argiles. Tom Waits y a vécu neuf ans. Ricky Lee Jones, Sam Sheppart, Jim Morrison ont tous aussi vécus là une bonne partie de leurs Golden years. Janis Joplin, elle, y fut retrouvée morte d’une OD en 1970.  Paul Morrissey y a tourné Heat produit par Andy Warhol. Et quand les New-Yorkais Ramones ou Blondie étaient en ville, c’est là qu’ils descendaient. Avec le Chateau Marmont sur Sunset, le Tropicana était l’équivalent du Chelsea à N.Y. Rock’n’roll hôtel s’il en est.

On loue un studio de repèt et on s’enferme trois semaines comme pour préparer un concert. Entre temps j’appelle un ingénieur de génie, Steve Stanley avec qui j’ai travaillé en 1981 sur l’album Mambo Nassau de Lizzy Mercier Descloux, ancien membre du Tom Tom Club et coproducteur de standard comme Wordy Rappinghood. Steve est Jamaïcain, résidant du Compass point Studio d’Island records à Nassau où j’ai enregistré trois albums. Je l’ai vu travailler comme ingénieur et mixeur avec Grace Jones, Bob Marley,  remixer les B 52’s ou les Talking heads. Une vraie pointure et un esprit inventif ! Steve nous rejoindra à Rio où nous avons décidé l’aller finir l’album après les basics tracks enregistrés à L.A. Pour les arrangements de cordes, je fais appel à une vielle connaissance avec qui j’ai produit mon second single en 1977, (Re Bop pour Marie et les Garçons) et travailler pendant presque un an sur un projet de label Spy records juste avant de fonder ZE records. Un de mes héros et néanmoins ami, le génial John Cale.

J’ envoie les maquettes à John qui écrit les arrangements à New York, puis nous rejoint à L.A pour diriger le quintet de cordes, faire quelques pianos et coproduire les séances des titres sur lesquels il intervient. Ça commence à faire une jolie Dream Team...

L’enregistrement se déroule quasiment live sur quinze jours dans une euphorie communicative. Le courant passe parfaitement entre Lio et John Cale. J’ai rarement vu notre gallois bougon d’ aussi bonne humeur. Guillaume Israel le chanteur de Modern Guy et ancien complice de Yann Leker qui vit lui aussi à L.A, nous a rejoint avec son désespoir et son merveilleux sens de l’humour. Il écrit quelques superbes paroles, Pop song, Veste du soir et l’adaptation française de Hot love, le titre de T. Rex que nous avons décidé de reprendre. Deux ans plus tard il viendra mourir stupidement à Paris pour les fêtes de noël.

En quinze jours les basics tracks sont optimales. Les musiciens tournent d’enfer. John a fait des arrangements de cordes sublimes. Départ Rio où nous rejoint Steven Stanley. Nous enregistrons dans le studio de Gilberto Gil, dans sa maison, l’ambiance est familiale. J’adore cette ville depuis que j’y ai produit l’album de Lizzy Mercier Descloux One for the soul, l’année passée (un superbe album featuring Chet Backer). Pour Pop Model Sylvaine Bordy a écrit de formidables arrangements de chœurs qu’elle interprète avec Lio et Hélèna Nogueira venue aussi de Paris pour les réjouissances. Steven Stanley fait tous les overdubs de synthé et enregistre les percussions avec les regionaux de l’étape. Une fois tout cela terminé, nous rentrons à Paris pour mixer avec Steven.

Bel accueil de l’album dès sa sortie en septembre. La pochette, un brin provocatrice, m’a été inspirée par “Red girl” (1964), un  tableau du peindre Pop Art anglais Allen Jones. Grosse promo télé sur le deuxième single Fallait pas commencer. Ça part aussi fort que les Brunes... Deuxième tube ! Rock & Folk met Lio en couverture, pas mal pour ceux qui pensaient qu’elle n’est qu’une une chanteuse de variété ! Décembre retour à Los Angeles pour tourner deux clips, Fallait pas commencer et Barbie. Succès oblige, budget Hollywoodien, tournage cinéma 35 mn technicolor. On tourne Fallait pas... dans le barrio mexicain de L.A, on loue la piscine désaffectée de l’ancienne maison d’ Errol Flynn pour le clip Barbie inspiré de Ciao Manhattan, le film culte de John Palmer et David Wiesman avec la sublime Edie Sedgwick. Encore un sans faute ! Début 1987 rentré à Paris pour préparer une tournée. L’Olympia est programmée pour le mois de mai. Je casse tout ce que je touche, troisième single sort à cette période. Mais de Los Angeles Lio  ramène en plus des deux magnifiques clips, un autre très beau cadeau conçu au Tropicana Motel... Enceinte de cinq mois elle fait tout de même 4 jours à l’Olympia, une grosse production comme une comédie musicale avec plusieurs tableaux.  Mais nous devons annuler le reste de la tournée.  Un quatrième single Chauffeur suivez cette voiture sortira en septembre 87, le même mois que la naissance de notre fille Nubia, qui malgré les disques d’or de l’ album et des singles, reste notre plus belle réussite. Dix huit ans après (le soi-disant âge de la maturité) je peux dire avec fierté que les deux ont superbement grandit.

Michel Esteban, Paris 2005

ORIGINAL ALBUM

01 • Pop Song • 3:23
(Guillaume Israel / Cacho Vasquez / Yann Leker) Published by Bananamour      

02 • Je Casse Tout Ce Que Je Touche • 3:54
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by Bananamour

03 • Les Deux Pour Le Prix D'une • 3:06
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by Bananamour

04 • Les Filles Veulent Tout • 3:43
(Guillaume Israel / Isabelle Fasy) Published by Bananamour

05 • Dallas • 3:55
(Jacques Duvall / Jay Alansky) Published by Bananamour

06 • Les Brunes Comptent Pas Pour Des Prunes • 3:11
(Jacques Duvall / Marc Moulin) Published by Bananamour

07 • Fallait Pas Commencer • 3:53
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by  Bananamour

08 • Veste Du Soir • 3:47
(Guillaume Israel / Yann Leker)  Published by Bananamour

09 • Hot Love • 3:30
(Marc Bolan) Published by Essex
French Adaptation by Guillaume Israel

10 • Barbie • 3:48
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by Bananamour

11 • Chauffeur Suivez Cette Voiture • 3:24
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by Bananamour


BONUS TRACKS

12 • Brunettes Are No Puppets • 3:05
(Jacques Duvall /Marc Moulin) Published by Bananamour

13 • Les Deux Pour Le Prix D'une • Long Club Version • 5:05
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by Bananamour

14 • Les Brunes Comptent Pas Pour Des Prunes • Long club version • 4:47
(Jacques Duvall / Marc Moulin) Published by  Bananamour

15 • Fallait Pas Commencer • Long club version • 5:00 
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by  Bananamour

16 • Je Casse Tout Ce Que Je Touche • Long Club Version • 5:07
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by  Bananamour

17 • Chauffeur Suivez Cette Voiture • Long Club Version • 5:00
(Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by  Bananamour

18 • Barbie • Alternative Mix No Drum • 3:46
((Jacques Duvall / Jay Alanski) Published by Bananamour

 

Les années 83 et 84 sont pour Lio une première remise en question, après l’ouragan du premier album et ses millions de disques vendus. Amours toujours le suivant n’a pas eu le même succès. Dur de toutes les façons de rééditer pareil sans-faute. En 1983 Lio s’éloigne un peu de la chanson et fait ses débuts au cinéma avec la réalisatrice Chantal Akerman dans une comédie musicale Pop et kitsch : « GOLDEN EIGHTIES » suivie du premier film de Didier Haudepin : « ELSA, ELSA ». Côté musique, Alain Chamfort qui avait produit Amours toujours fait une dernière tentative en 1984 avec le single Tétéou sur des paroles de Boris Bergman, alors parolier attitré d’Alain Bashung. Mais Lio semble un peu dans une impasse !

Je revenais d’Afrique du Sud ou j’avais produit l’album de Lizzy Mercier Descloux et contre toute attente le single Mais où sont passées les Gazelles, commençait à faire un joli petit tube en France. C’est durant la promotion de ce single avec Lizzy que je rencontre Lio pour la première fois, (je ne suis pas encore au courant de l'anecdote Duvall / Banana Split - ZE records - voir Liner Notes Premier Album) sur un plateau télé où elle fait la promo de Tétéou.

Puis par l'intermédiaire de CBS, pour qui j’avais produit l’album de Lizzy, je rencontre Alain Chamfort qui cherche un manager. Chamfort et Lio, qui n’a que 22 ans, vivent ensemble depuis cinq ans. Un jour elle me joue une démo qu’elle traîne depuis des mois avec un titre génial : Les Brunes Comptent Pas Pour Des Prunes, écrit par l’incontournable Jacques Duvall et composé par Marc Moulin. Musicalement les arrangements datent, c’est un peu synthétique, mais le titre est un standard. Etant à fond dans Prince période Purple rain/Around a world in  a day. Je propose immédiatement à Lio d’enregistrer ce titre « façon » Rasbery beret, rock, mais avec des arrangements de cordes. Elle est emballée. Chamfort fait les arrangements.

Début 1986, départ pour Bruxelles. Au Studio de Dan Lacksman où a été enregistré le premier album, je convie Vincent Palmer, grand guitariste devant l’éternel et ex du groupe Bijou; à la batterie le batteur de Bashung  Philippe Drie. Steve Nieve (le pianiste d’ Elvis Costello) ne fait pas l’affaire, et est remplacé par Chamfort et Moulin aux claviers. Une mention spéciale à la regrettée Sylvaine Bordy pour les chœurs. Premier mixage à Londres dont nous ne sommes pas satisfaits, deuxième à Paris avec le magicien Dominique Blanc Francard qui « as usual » fait un sans-faute.  En quelques semaines, le tour est joué et à partir de ce moment là,  tout va aller très vite, trop vite peu être ?!

Lio prend cinquante pour cent de la société de production et d’édition que je viens de monter. On signe avec Luigi Calabrese un deal de licence avec Polydor contre l’avis des gros pontes qui pensent que Lio est finie parce qu’elle vient juste de traverser un petit bout de désert. Une has been à 23 ans ! Alors que c’est un pétard dont on a juste éteint la mèche... On va leur prouver ce que l’on sait faire !  Il faut rendre ici hommage à Luigi Calabrese car il signe ce deal sans avoir rien entendu, pas une maquette, juste une belle histoire. Il fallait avoir confiance ! Et la confiance va payer.

Début mai on tourne un vidéo clip clin d’œil Pop aux comédies musicales hollywoodienes, qui fonctionne à merveille. Les chaînes télés adorent. Départ pour le festival de Cannes où Lio promotionne le film de Chantal Akerman en compétition dans la quinzaine des réalisateurs. Au retour de Cannes, Lio et moi sommes un peu plus que fifty/fifty... Les Brunes commence à vraiment démarrer très fort, Lio fait le plein de promo télés. Parallèlement, on prépare des titres pour un futur album. Duvall le fidèle complice écrit des perles comme d’habitude. Jay Alansky pas en reste compose des titres magnifiques, Barbie, Dallas, et challenge pas évident à relever après un single aussi fort que les Brunes, des hits potentiels comme, Fallait pas commencer, Je casse tout ce que je touche, ou Chauffeur. Reste à monter un gang de malfaiteurs, trouver un bon studio et un bon ingénieur.

Yann Leker était guitariste d’un groupe parisien défunt Modern Guy dont j’aimais bien l’album et surtout sa façon de jouer de la guitare. Dans les Guy, il y avait aussi mon ami Guillaume Israel au chant, et Jean François Cohen à la basse. Yann, quand le groupe a splitté est parti faire Berkeley school of music à Los Angeles et il connaissait quelques musiciens sur place qui pouvaient faire l’affaire. Il sera chargé du casting. Une nouvelle fois j’applique une de mes théories qui est d’enregistrer dans une ville ou l’artiste n’a pas d’attache, afin d’être totalement immergé dans le travail de l’album, coupé des contingences quotidiennes, et des « amis » qui passent à l’improviste...

Juillet 86 départ pour Los Angeles, on s’installe au mythique Tropicana Motel, sur Santa Monica Boulevard (west Hollywood) encore hanté des ombres de quelques géants aux pieds d’argiles. Tom Waits y a vécu neuf ans. Ricky Lee Jones, Sam Sheppart, Jim Morrison ont tous aussi vécus là une bonne partie de leurs Golden years. Janis Joplin, elle, y fut retrouvée morte d’une OD en 1970.  Paul Morrissey y a tourné Heat produit par Andy Warhol. Et quand les New-Yorkais Ramones ou Blondie étaient en ville, c’est là qu’ils descendaient. Avec le Chateau Marmont sur Sunset, le Tropicana était l’équivalent du Chelsea à N.Y. Rock’n’roll hôtel s’il en est.

On loue un studio de repèt et on s’enferme trois semaines comme pour préparer un concert. Entre temps j’appelle un ingénieur de génie, Steve Stanley avec qui j’ai travaillé en 1981 sur l’album Mambo Nassau de Lizzy Mercier Descloux, ancien membre du Tom Tom Club et coproducteur de standard comme Wordy Rappinghood. Steve est Jamaïcain, résidant du Compass point Studio d’Island records à Nassau où j’ai enregistré trois albums. Je l’ai vu travailler comme ingénieur et mixeur avec Grace Jones, Bob Marley,  remixer les B 52’s ou les Talking heads. Une vraie pointure et un esprit inventif ! Steve nous rejoindra à Rio où nous avons décidé l’aller finir l’album après les basics tracks enregistrés à L.A. Pour les arrangements de cordes, je fais appel à une vielle connaissance avec qui j’ai produit mon second single en 1977, (Re Bop pour Marie et les Garçons) et travailler pendant presque un an sur un projet de label Spy records juste avant de fonder ZE records. Un de mes héros et néanmoins ami, le génial John Cale.

J’ envoie les maquettes à John qui écrit les arrangements à New York, puis nous rejoint à L.A pour diriger le quintet de cordes, faire quelques pianos et coproduire les séances des titres sur lesquels il intervient. Ça commence à faire une jolie Dream Team...

L’enregistrement se déroule quasiment live sur quinze jours dans une euphorie communicative. Le courant passe parfaitement entre Lio et John Cale. J’ai rarement vu notre gallois bougon d’ aussi bonne humeur. Guillaume Israel le chanteur de Modern Guy et ancien complice de Yann Leker qui vit lui aussi à L.A, nous a rejoint avec son désespoir et son merveilleux sens de l’humour. Il écrit quelques superbes paroles, Pop song, Veste du soir et l’adaptation française de Hot love, le titre de T. Rex que nous avons décidé de reprendre. Deux ans plus tard il viendra mourir stupidement à Paris pour les fêtes de noël.

En quinze jours les basics tracks sont optimales. Les musiciens tournent d’enfer. John a fait des arrangements de cordes sublimes. Départ Rio où nous rejoint Steven Stanley. Nous enregistrons dans le studio de Gilberto Gil, dans sa maison, l’ambiance est familiale. J’adore cette ville depuis que j’y ai produit l’album de Lizzy Mercier Descloux One for the soul, l’année passée (un superbe album featuring Chet Backer). Pour Pop Model Sylvaine Bordy a écrit de formidables arrangements de chœurs qu’elle interprète avec Lio et Hélèna Nogueira venue aussi de Paris pour les réjouissances. Steven Stanley fait tous les overdubs de synthé et enregistre les percussions avec les regionaux de l’étape. Une fois tout cela terminé, nous rentrons à Paris pour mixer avec Steven.

Bel accueil de l’album dès sa sortie en septembre. La pochette, un brin provocatrice, m’a été inspirée par “Red girl” (1964), un  tableau du peindre Pop Art anglais Allen Jones. Grosse promo télé sur le deuxième single Fallait pas commencer. Ça part aussi fort que les Brunes... Deuxième tube ! Rock & Folk met Lio en couverture, pas mal pour ceux qui pensaient qu’elle n’est qu’une une chanteuse de variété ! Décembre retour à Los Angeles pour tourner deux clips, Fallait pas commencer et Barbie. Succès oblige, budget Hollywoodien, tournage cinéma 35 mn technicolor. On tourne Fallait pas... dans le barrio mexicain de L.A, on loue la piscine désaffectée de l’ancienne maison d’ Errol Flynn pour le clip Barbie inspiré de Ciao Manhattan, le film culte de John Palmer et David Wiesman avec la sublime Edie Sedgwick. Encore un sans faute ! Début 1987 rentré à Paris pour préparer une tournée. L’Olympia est programmée pour le mois de mai. Je casse tout ce que je touche, troisième single sort à cette période. Mais de Los Angeles Lio  ramène en plus des deux magnifiques clips, un autre très beau cadeau conçu au Tropicana Motel... Enceinte de cinq mois elle fait tout de même 4 jours à l’Olympia, une grosse production comme une comédie musicale avec plusieurs tableaux.  Mais nous devons annuler le reste de la tournée.  Un quatrième single Chauffeur suivez cette voiture sortira en septembre 87, le même mois que la naissance de notre fille Nubia, qui malgré les disques d’or de l’ album et des singles, reste notre plus belle réussite. Dix huit ans après (le soi-disant âge de la maturité) je peux dire avec fierté que les deux ont superbement grandit.

Michel Esteban, Paris 2005

Track List
  • 1
    Pop Song
    03:23
  • 2
    Je Casse Tout Ce Que Je Touche
    03:50
  • 3
    Les Deux Pour Le Prix D'une
    03:00
  • 4
    Les Filles Veulent Tout
    03:55
  • 5
    Dallas
    03:50
  • 6
    Les Brunes Comptent Pas Pour Des Prunes
    03:05
  • 7
    Fallait Pas Commencer
    03:47
  • 8
    Veste Du Soir
    03:47
  • 9
    Hot Love
    03:30
  • 10
    Barbie
    03:46
  • 11
    Chauffeur Suivez Cette Voiture
    03:24
  • 12
    Brunettes Are No Puppets
    03:05
  • 13
    Les Deux Pour Le Prix D'une - Long Club Version
    05:05
  • 14
    Les Brunes Comptent Pas Pour Des Prunes - Long Club Version
    04:47
  • 15
    Fallait Pas Commencer - Long Club Version
    05:00
  • 16
    Je Casse Tout Ce Que Je Touche - Long Club Version
    05:07
  • 17
    Chauffeur Suivez Cette Voiture - Long Club Version
    05:00
  • 18
    Barbie - Alternative Mix No Drum
    03:46
Video

Discography BOX SET

Discography Vinyl